Historique du CNLA

Avant l’année 1986, la lutte contre les principaux ravageurs était du ressort de l’Organisation Commune de Lutte Antiacridienne et de Lutte Antiaviaire (OCLALAV). Cette organisation regroupait les pays suivants : Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, Gambie, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal, Tchad.

Devant l’ampleur de sa mission et la rareté des ressources, l’OCLALAV était dans l’obligation de se décharger de sa mission et de transférer la lutte contre les ennemis des cultures aux pays membres.

C’est dans ce contexte que la Mauritanie, au milieu des années 80, a commencé à mettre en place sa propre organisation en matière de protection des végétaux. Ainsi, la base d’Aioun fut rétrocédée à la partie mauritanienne en vue de prendre en charge cette mission difficile en terme d’organisation et de mobilisation de ressources.

Les premières équipes furent constituées avec des moyens logistiques et humains très modestes par rapport aux besoins de la lutte antiacridienne. Par conséquent, l’invasion de 1987-1988, fut un défi majeur pour la cellule de lutte antiacridienne nouvellement créée et logée au sein de la Direction de l’Agriculture. En ligne droite avec cette évolution et suite à la recrudescence majeure de 1993-1994, un poste de commandement central des opérations a été mis en place.

Compte tenu de la menace permanente du fléau acridien et suite à l’organisation réussie de la campagne 1993-1994, le Département du Développement Rural et de l’Environnement, par arrêté ministériel n° R 379 du 05 octobre 1995 a relevé le niveau administratif du poste de commandement central des opérations à un Centre de Lutte Antiacridienne (CLAA) bénéficiant d’une autonomie de gestion technique.

L’invasion de 2003-2005 fut l’occasion de l’obtention de financements importants (AELP/BM, BAD, USAID, FAO, CLCPRO et EMPRES) qui exigeaient la mise en place d’une structure capable de répondre à une mission de plus en plus difficile. C’est dans ce cadre, que le décret 2006-93 du 22 août 2006 a donc relevé le CLAA en établissement public à caractère administratif dénommé Centre National de Lutte Antiacridienne (CNLA). Depuis 2006, le CNLA est doté d’un organigramme et d’un Conseil d’Administration délibérant.

Infrastructures de centre

 

Voir aussi

h

Nos actualités

Accéder à toutes les actualités de centre National de Lutte Antiacridienne

k

Nos projets

Découvrez les projets de CNLA menés en collaboration avec ses multiples partenaires 

w

Nous contacter

pour toutes questions et demandes, contactez le centre et son équipe d'experts